Construire un muret en pierres scellées

La principale difficultée réside dans leur intégration au site naturel. Ici le coup d’oeil et le bon goût doivent prendre le pas sur le niveau et le fil à plomb pour réaliser un mur de jardinier bien différent d’un mur de maçon. Le choix de la pierre et le soin apporté conditionnent grandement l’aspect final. La forme des joints notamment on  aura ici un rôle prépondérant.

Technique de construction

  • Réalisation de la fondation:  – Déblayer le talus sur une largeur supérieur à celle du mur et décaisser la fondation sur une épaisseur correspond à peu près 1/4 de la hauteur.

– Si le sol est peu porteur, il vaut mieux élargir l’assise pour répartir la charge.

– Equarrir les bords de la fouille et régler le fond. Si sa résistance est aléatoire, le damer ou le bloquer avec un hérisson de cailloux concassés.

– En terrain instable, il est prudent de prévoir une armature à laquelle seront fixés des fers tors qui remonteront dans le corps du mur.

  • Confection du corps :   partie invisible qui va assurer la résistance. Si la poussée est forte ne pas omettre de disposer une armature reliée à celle de la fondation( fers tors).

– Tous les 2 ou 3 mètres incorporer une barbacane ( morceau de pvc de diamètre 40) pour l’écoulement des excès d’eau. Elle sera discrète  en légère pente vers l’extérieur et complétée à l’arrière par quelques gros galets formant un drain.

-Installer un coffrage retenu par des piquets ou de la terre et y couler à chaque rangée du béton dosé à 250 kg.

  • Confection du couronnement et finitions :
Le couronnement est composé par le dernier rang qui sera vu du dessus et donc construit sur toute sa longueur.
– Sceller les pierres horizontales en formant une sorte de dallage. Les taper avec la massette en interposant un morceau de bois.
– Il est possible de laisser dépasser légèrement ce dernier rang pour mieux le souligner.
– Les joints seront frottés avant séchage complet d’autant plus creux qu’on désire rendre l’ensemble rustique.
– L’emploi d’un mortier bâtard ( ciment plus chaux), plus malléable, facilite la mise en place des éléments.
– Nettoyer impérativement le mortier avant qu’il ne sèche, c’est un gain de temps sur les finitions et il ne tachera pas les pierres.
– Remblayer à l’avant 2 ou 3 cm au dessus du pied du mur et à l’arrière au niveau du couronnement.